Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Papiers découpés de  Stéphanie Miguet

Le baiser du soir à Combray

12 Janvier 2015, 10:09am

Publié par Stéphanie Miguet

...Voici mon nouveau découpage, actuellement exposé à Virieu dans le cadre de l'exposition "&, Ecrit, Art". Tous les artistes adhérents des associations "Alter-Art" de Grenoble et de "&, Ecrit, Art" y participent.

J'avais depuis longtemps envie de représenter Combray, la maison d'enfance de Marcel Proust. Comme c'est aujourd'hui un musée je n'ai eu aucun mal à trouver de la documentation et je me suis inspirée du lieu réel, la maison de tante Léonie.

 

baiser-combray.jpg

 

« Ma seule consolation, quand je montais me coucher, était que Maman viendrait m'embrasser quand je serais dans mon lit. Mais ce bonsoir durait si peu de temps, elle redescendait si vite, que le moment où je l'entendais monter, puis où passait dans le couloir à double porte le bruit léger de sa robe de jardin en mousseline bleue, à laquelle pendaient des petits cordons de paille tressée, était pour moi un moment douloureux. Il annonçait celui qui allait le suivre, où elle m'aurait quitté, où elle serait redescendue. De sorte que ce bonsoir que j'aimais tant, j'en arrivais à souhaiter qu'il vint le plus tard possible, à ce que se prolongeât le temps de répit où Maman ne serait pas encore venue. »

 

Marcel Proust, Du côté de chez Swann.


Commenter cet article

eva 17/01/2015 14:19


Oh, bravo, c'est assez comme ça que je visualisais la scène. C'est plein de finesse.

Licorne 12/01/2015 20:00


J'aime beaucoup ce découpage, l'intimité dans cette maison, et me souvient aussi d'un film sur Marcel Proust qui m'avait bien plu.


J'ai l'impression de rentré dans ce décor.


Merci et bonne continuation


 

Josephine cochet 12/01/2015 12:22


Quelle jolie idée ! J'aime particulièrement les oeuvres de Proust, comme vous je vois ! Sa manière de décrire la vie à cette époque est pleine de poésie et me rend nostalgique d'un temps que
j'aurais aimé connaître car, certainement moins empreint de violence qu'aujourd'hui.  Je vais me remettre au découpage, celà me fera une diversion agréable pendant la réalisation de
 mes ouvrages de boutis, témoins eux aussi une époque lointaine.